in Digital Detox, Ma Petite Lettre

Digital Detox — Ma Petite Lettre #19

Ça y est je switch.
J’ai eu mon premier smartphone en 2006, c’était un Sony Ericsson W950, c’est mon pote Sébastien qui me l’avait conseillé, il avait le même. C’était super. Enfin, c’était super comme un smartphone en 2006. Puis l’année suivante, en 2007, Steve Jobs change le monde et sort son premier iPhone. Le même Sébastien se trouve à New York quelques mois plus tard, s’achète un iPhone 1, m’achète un iPhone 1 et voilà, boom, ça fait plus de 10 ans que j’ai des iPhones. Comme tout le monde en fait.

Sauf que là, ça y est, je switch.
Ça fait plusieurs mois que j’envisage cette digital detox — j’en parlais déjà dans ma petite lettre #14 à l’occasion de mes vacances. Je crois que Céline et mes kids pourront le dire, ça a été un fiasco. Je m’étais dit que je me mettrais en congé d’internet mais j’étais malgré tout assez souvent sur mon téléphone. Au départ d’une excuse pour « prendre une photo entre guillemets », je me surprenais souvent à cliquer « par erreur entre guillemets » sur l’app Facebook ou Twitter pour voir ce qui se passait « dans le monde entre guillemets ».

J’ai toujours eu besoin de trucs un peu extrêmes pour changer. Quand Léon est né en 2007, je voulais me lever plus tôt pour continuer à bosser fort sans pour autant grater sur mon temps avec ma famille. Depuis lors, sauf exception, je me réveille entre 4:30 et 5:00.
L’année dernière quand j’ai décidé de lever le pied sur l’alcool après une tournée avec It It Anita de presque 4 mois un peu intense et fort arrosée, en duo guitare/batterie — avec Bryan, notre batteur quoi… — on a arrêté totalement. Pas juste boire un peu moins. Ça n’aurait pas marché. Juste ne plus boire du tout. Et c’était super.
Alors quand je découvre moi-même tout seul ma propre addiction à l’internet mobile, j’ai pas beaucoup de choix. Je tente l’expérience. On verra. Hasta la vista. Bye Bye. Terminator.

Je vais garder mon smartéléphone (qui n’est plus connecté au réseau 4G) uniquement pour le « Coffee Orgasm » du matin sur Instagram, pour une application de méditation et pour écouter des podcasts. Toutes les autres applications ont disparu. Je commençais à ressentir une sorte de saturation en étant constamment connecté sur Slack, Facebook Messenger, iMessages, je reçois des dizaines d’emails par jour, et puis il y avait encore des messages sur Instagram, WhatsApp, Twitter, Snapchat. Et même si j’avais désactivé les notifications depuis plusieurs mois, il me suffisait d’une seconde pour aller ouvrir ces applications, les unes après les autres, juste pour voir. Je n’étais plus jamais vraiment en train de ne pas travailler.

C’est un peu ça le problème, c’est qu’on est partout mais qu’au final on n’est plus vraiment là.

Et j’avais envie d’être là.

Ça ne veut pas dire que j’arrête internet définitivement. Ça veut juste dire que mes moments en ligne seront réfléchis et pas des réflexes ou des TOC. D’ailleurs Louis Dubourg en parle à un moment avec Jean-Philippe de Tinguy dans le dernier épisode de son podcast (chouette émission, plutôt orientée stand-up et comédie) Un café au Lot7. Le réflexe obsessionnel de constamment vérifier son fil Facebook, c’est fou. Voilà le lien si ça te dit, c’est l’épisode 22.
Alors je change de téléphone, et quitte à switcher, je voulais switcher en beauté. Je le scrutais depuis l’été dernier, voilà, mon téléphone « non intelligent » ou « imbécile téléphone » ce sera le 
Punkt MP01.
Premier jour aujourd’hui depuis plus de 10 ans où je vais marcher dans la rue sans être connecté à internet.
Ah oui, et maintenant Sébastien court des marathons. Entre Bruxelles et New York.

Merci d’avoir lu, et si toi aussi tu t’envisages une digital detox de l’internet de trottoirs, fais-moi signe, on boira des cafés.
Bises xxx
Damien

Des petites cerises sur des petits gâteaux. (c’est le nom de la rubrique à la fin où je balance des trucs cools que j’ai vu passer ou des choses à nous, en cours.)

  • Je vais commencer une nouvelle série de podcasts sur le Nonline. Mais tu seras au courant, t’inquiète. Et comme je dis plus haut, si tu veux venir me parler de ton expérience à toi, hit reply.
  • Le dernier épisode de mon podcast Avec des images dans lequel je reçois Céline Gillain, est ici.
  • Mateusz à lui aussi expérimenté une détox, mais plutôt alimentaire.
  • Le FIG 2 (Festival International de Graphisme de Liège) était une réussite absolue et on va commencer à poster des comptes rendu photo et video. Va faire des j’aime sur Facebook ou Instagram ou Twitter.

Ce texte a été envoyé dans Ma Petite Lettre hebdomadaire. Pour t’abonner c’est juste là:


Laisse moi un mot ou deux.

Comment

    • Ouais c’est un prix. Mais comme quand tu compares un iPhone et un smartphone bas de gamme. En gros ça fait pareil. Tu payes aussi le plaisir que tu as de l’utiliser tous les jours 🙂

  1. Y’a juste un truc, c’est que je téléphone de moins en moins, et on commence à comprendre que tenter de m’appeler au débotté n’est pas le moyen le plus efficace pour me contacter.
    Restent les encombrants SMS, qui peuvent rapidement devenir intenses si plein de gens n’ont plus que ça pour te joindre. Du coup ça ne résout pas le soucis de l’interruption/connexion, si ?

    • Disons que je n’essaye pas d’être moins joignable, j’essaye juste de me détacher d’une frénétique addiction à mon smartphone 🙂
      Et quand je suis « joignable », je suis quand même derrière mon ordi, et que, comme tu dis, on me contacte principalement via internet, je reste dispo. Le reste du temps, « moins joignable » ne veut pas dire « injoignable » donc téléphone et SMS. Ça me permet de ne plus consulter inutilement une timeline Facebook ou Twitter à des moments inopportuns. Merci pour ton commentaire en tous cas, je viens bientôt jouer en Suisse, tu seras joignable? 🙂