Categories
Amour, Gloire & Chips Design Note

250 nuances de fourchettes à frites.

Dans l’épisode 15 de Amour, Gloire & Chips, on recevait Cécile Barraud de Lagerie, qui, entre autres choses, collectionne les couleurs. Elle nous a expliqué dans l’épisode qu’elle a notamment une boîte avec une collection de fourchettes de friterie qui contient plus de 250 nuances différentes.

Elle était en plein déménagement ce week-end, elle a retrouvé sa collection et elle s’est empressée de nous en envoyer des photos pour raviver le souvenir du podcast.

C’était déjà étonnant de s’imaginer qu’il y avait plus que 15 ou 20 couleurs différentes mais le fait de les voir en vrai (enfin, en photo dans ce cas-ci), ça rend l’histoire encore plus spectaculaire.

Tu peux écouter l’épisode sur ton application de podcast préférée en cliquant ici. Et n’hésite pas à me parler de tes collections et obsessions sous cette publication Instagram ou sur Twitter, parce qu’on est obsédés par les obsessions.

Categories
Luik Music Photo Process

Bothlane. Hornet.

Le truc cool quand tu fais tout le temps des photos de trucs qui paraissent sans intérêt, comme ce marquage au sol qui ressemble à tous les marquages au sol du monde, c’est que ça permet d’avoir une grosse citerne remplie d’image et de aller puiser dedans quand t’as besoin d’une idée.

Bothlane Hornet Modular Synth Cover Artwork

Bon, après, raison gardons, elle n’est pas non plus complètement folle cette photo. C’est juste une photo d’une flèche jaune dans un parking (on tournait en Espagne avec It It Anita, fin 2018, avec Shht). Mais prendre la peine et le temps et l’argent de faire ces photos sans intérêt en argentique avec un petit appareil compact — un Olympus Mju-II et de la pellicule Kodak Portra 400 — ça leur donne un cachet, un texture, un grain, une déformation, qui peut-être un jour leur donneront un intérêt.

Et puis un jour Alain, le batteur de The Brums (Luik Music — album bientôt) nous demande si on a pas une idée pour la cover du premier single digital de son projet solo, Bothlane (drums + modular synth, à lui tout seul), je fouille vite fait dans mon dossier Photo / Brutes et cette photo, avec laquelle je ne pensais jamais rien faire, se révèle être en parfaite adéquation avec le projet et le morceau.

Les liens que j’ai trouvé marrant entre le son et l’image, des petites choses sans importance, c’est notamment les deux directions indiquées par la flèche, les deux chemins, both lanes (bon ok, il y en a trois). Et puis il y a aussi le caractère jaune et rayé et piquant, qui rappelle le frelon, hornet. Je ne vais pas parler de l’aspect vaisseau de l’espace qui était la raison pour laquelle j’ai pris cette photo au départ, mais ça peut coller aussi, à l’écoute du morceau.

Une petite cerise sur ton gâteau. N’hésite pas à te trimballer non-stop avec un carnet, petit, grand, large, ligné, pas ligné, et note tout, tout le temps, fais des dessins ou écris des phrases avec des mots ou fais des photos avec ton téléphone ou un n’importe quoi, pour ne pas oublier des choses.
Peut-être un jour ça te débloquera une idée. Ou simplement la veille de ta mort tu te souviendras en retrouvant ton carnet qu’un chien déguisé en chef de gare t’avait fait trop marrer!

Pour en revenir à Bothlane, tu pourras te faire ta propre idée et l’écouter dès ce dimanche. Le clip est vraiment super et sans vouloir spoiler, juste un peu teaser, je dirai juste deux mots: danse contemporaine.
Avant ça, tu peux déjà pré-sauvegarder « Hornet » dans ta bibliothèque musicale préférée en suivant ce lien: https://ffm.to/hornet
Et pour les Patrons, le clip est déjà visible en exclu. Si tu veux soutenir tout ce qu’on fait avec Luik Music et le podcast Amour, Gloire & Chips, et voir le clip, voilà le Patreon de l’amour: http://bit.ly/MERCIMERCI

Parle-moi sur Twitter ou Instagram pour me dire si tu vois d’autres choses dans cette image.

Categories
Ecrire Note

Écris-moi cette histoire. Une bouteille.

J’ai posté ce dessin avec un « Écris-moi cette histoire » et Fanny (qui écrit des livres) l’a fait.

Écris-moi cette histoire

Ça te fait mal de me regarder me retourner la tête au cani du coin ? Au blanc limé dès huit heures du matin? Ça te fait violence de me regarder picoler ? Elle est où la violence, là?
Sans doute que le spectacle n’est pas beau à voir. Je dois avouer, je ne me suis pas regardé depuis… Je ne sais même plus. Cela doit faire quelques années. Pas beau à voir, hein ? Pas vrai? Baisse pas les yeux, c’est pire. Regarde-moi. Regarde-moi, je te dis. Tu sais quoi ? Je vais le faire. Pour toi : me regarder dans le petit miroir plein de tâches de pisse des chiottes. Je vais le faire pour toi. Me regarder en face. Dans l’espace exigu des chiottes. Sur le miroir cassé. Cassé et sale.
C’est vrai. C’est moche. Ce reflet, là. Découpé en petits morceaux de miroir et tacheté de pisse desséchée, il n’est pas beau à voir. Je te le concède. Mon reflet me dégoûte. Il n’y a rien d’harmonieux.
Tout est laid.
Tout est triste.
Triste comme l’image d’un vieux qui picole tous les jours depuis quinze ans.
Laid comme peut l’être celui qui tourne au blanc limé toute la journée. Toutes les journées.
Imbibé.
Détruit.
Un débris.
Mais tu vois, j’arrive pourtant à me regarder. Je me tiens face au miroir depuis un long moment déjà. Je soutiens mon regard. J’accepte les yeux vitreux, les rides et les creux, le teint jauni, le double-menton qui tombe.
Tu sais pourquoi j’accepte de me regarder ?
Quand je vois mes yeux, ce sont les siens que je regarde.
Elle était comme moi. Pas mieux. Pas pire. On n’était pas des beautés tous les deux, mais on s’aimait simplement, entre deux coups de blanc. Elle me racontait des mots d’amour, elle embrassait mes lèvres desséchées. Elle serrait contre son visage ma tête de vieux clown triste. Elle enlevait les pellicules qui tombaient sur mes épaules. De l’amour, je te dis.
Tellement d’amour que c’était trop.
On n’emmerdait personne, on espérait qu’on nous oublierait là. Pour les petites gens, le plus petit des bonheurs, c’est déjà trop beau pour qu’on nous le laisse. Notre amour de tous les jours, la vie, ça l’a fait chier de le voir. Elle voulait qu’on en bave, le plus possible. Alors on me l’a prise, ma moitié de verre plein, ma moitié des jours gris, ma moitié d’amour. Elle a disparu au fond d’un grand trou qu’il a. fallu reboucher. Malgré mes cris. Malgré mes pleurs.
Ce jour-là, j’ai arrêté de me regarder.
Je suis entré dans ce bistro miteux. J’ai bu. Je bois encore. Et je dois supporter vos regards désapprobateurs. Je dois souffrir vos remarques de bien-pensants.
Mais tu sais, j’en ai rien à foutre de te dégoûter. Tu peux détourner les yeux tant que tu veux.
Pour moi, la vraie violence, c’est qu’il n’y ait plus qu’un verre à côté de cette bouteille.


Tu peux retrouver Fanny et ses écrits sur Instagram.
Si t’as kiffé tu peux laisser un commentaire sous ce post Instagram ou sous ce Tweet.

Categories
Ecrire Note

La somme de demain

Depuis mon adolescence, j’ai toujours été attiré par toutes les formes modernes d’écritures, les contraintes de l’Oulipo, les répétitions absurdes, les jeux graphiques des mots et des lettres et puis les chansons, les romans, les histoires, les trucs et tout reste.

Mais très peu de poésie, dans le sens classique du terme. Et là, depuis plusieurs semaines, je ne sais pas pourquoi mais je suis souvent confronté à cette forme, nouvelle pour moi. Alors je cherche et je lis.

J’en parlais déjà un peu dans la petite lettre #22, j’ai eu des retours de Anne-Lise (ça sera le sujet d’un prochain post) et Simon et puis le dernier livre que j’ai relu, La Lettre à Helga, en était parsemé. Il y a un truc à faire avec ça, mais je sais pas encore quoi.

Quoiqu’il en soit, j’ai un peu creusé dans des morceaux de ma mémoire, et le premier poème dont je me souviens, sans avoir dû l’apprendre par cœur — il avait été publié dans un magazine genre Echo des Savanes ou Fluide Glacial il y a 25 ans — et que je peux encore réciter aujourd’hui c’est:

Donne moi la somme de tes doigts je te donnerai une main
Donne moi la somme de tes mains et je te donnerai demain
Mais en attendant demain
Laisse moi faire un somme

— Je ne sais plus

Voilà, si tu connais ‪l’aut·eu·r·ice‬ n’hésite pas à me le dire. Et si t’as des poèmes préférés, balance moi un tweet.

Categories
Art Note

La Banane de Maurizio Cattelan

Cette oeuvre de Maurizio Cattelan est très fraiche mais il y a déjà mille choses qui ont été dites sur le sujet depuis 2 jours. Principalement des moqueries, bien sûr, parce que Internet. Je vais laisser la place aux mots de Philippe Marczewski.

Il y a bien pire que voir partout la banane de Cattelan scotchée au mur. Il y a voir toutes ces photos de gens qui font la même chose, avec d’autres bananes, fraîches, pourries, avec d’autres fruits, avec des légumes, persuadés de produire un commentaire ironique et original.

Et qui n’ont pas compris que, CQFD, la banane scotchée au mur, c’est eux.

Pour en lire plus, voilà un article du New York Times (en anglais donc) sous forme de “défense (réticente) de la banane à 120 000 dollars”.

Et puis si t’as un truc à ajouter, n’hésite pas. En commentaire ici-bas ou sur Twitter tu trouveras bien une épaule.

Categories
Note

Plaquettes. Frein de vie.

Journée compliquée mais on s’en sort. Le réveil qui ne sonne pas. Je sors de mon lit vêtu de chaos. Je prépare ma valise tout speed. Pas le temps de petit déjeuner ni à ma maison ni à Grand Maison. J’y repasse quand même vite fait après mes rendez-vous du matin et j’y réussi finalement un café. Début d’aprem je rate une livraison avec laquelle je devais partir en France (cfr. la valise de plus haut). Finalement une vidange tardive sur notre camion qui conduit — un camion qui conduit lol — à un remplacement des plaquettes de frein en urgence. On perd donc 2h. Mais peut-être on gagne une vie. Freiner c’est important. Tant en camion — non pas de blague avec un pharaon — que dans la vie.

Bref, là on part pour 5 jours en France avec It It Anita, j’ai préparé ma valise en speed, la journée a été compliquée mais on s’en est sorti.

La photo n’a rien rien a voir. C’est Léon qui est tombé en skate cet été. Mais l’important c’est de remonter dessus. Il est devenu encore plus fort. Donc quand il tombera, il tombera encore plus fort. J’espère qu’il ne lira pas ça.

Et puis ces deux photos viennent du dernier film que j’ai développé. Va voir sur Instagram il y en a plein d’autres: http://instagram.com/damienaa

Categories
Ma Petite Lettre

On fait (jamais) comme on a dit.

Suis-moi sur Instagram

Ma Petite Lettre du jour est envoyée. Ça parle globalement de quand on fait des choses même si c’est pas ce qui était prévu mais que c’est cool quand même et puis peut-être on fait des choses qui semblent inutiles mais qui parfois se révèlent utiles.

J’ai reçu pas mal de retours par mail ou tweets sympa, dont celui de Simon, qui dit: C’est pas un haiku, c’est un extrait d’un poème, mais c’est joli:

True ease in writing comes from art, not chance,
As those move easiest who have learned to dance.

— Alexander Pope

Je vais faire comme Simon, je vais l’apprendre par cœur, comme un mantra.

Si tu veux lire la petite lettre, recevoir les suivantes et recevoir un lien pour lire les précédentes, abonne-toi ici.

Categories
Note Podcast

Podcast. Conseils pour débuter.

Traduction libre et adaptation qui l’est encore plus, de l’article posté par l’utilisateur « audentis« , disponible ici, sur Reddit. Cette version traduite est d’ailleurs également disponible sur notre sub r/podcastbelgium.

Avec mes amis Pierre et Gil, nous avons récemment lancé Amour, Gloire & Chips ( Reddit: r/amourchips ), un podcast qui se concentre sur les gens que nous recevons et avec lesquels on discute de trucs divers et de culture en gros. Nous en sommes actuellement à une dizaine d’épisodes, nous avons déjà appris certaines choses et apporté quelques changements durant le parcours. Nous sommes notamment passés de l’improvisation totale durant l’enregistrement à une approche plus structurée de l’improvisation totale.

En guise de récapitulation personnelle, voilà des notes que j’ai récupérées dans le post initial de u/audentis, traduites à la volée et un peu adaptées à notre propre pratique du podcast.

Préparer un épisode

Choisir un invité et une date

Pas facile facile, en fonction de la disponibilité des invités et de Gil et de Pierre et de moi, nous ajoutons l’heure et le lieu de l’enregistrement (souvent le matin, entre Liège et Bruxelles) à notre calendrier de production. C’est la partie la plus compliquée.

Écrire une conduite

Chaque épisode devrait être enregistré en fonction d’un plan, d’une conduite mais ce n’est pas encore le cas, même si on a déjà essayé. On fait relativement confiance à notre manière d’aborder la discussion et de rebondir avec les invités et jusqu’à présent, on pense que ça a pas mal fonctionné. On a quand même un semblant de structure, avec trois parties principales dans chaque épisode:

  • Intro et présentation de l’invité (20 min.)
  • Discussion et digression (40/50 min.)
  • Recommendations culturelles et cloture (20 min.)

Mais en règle générale, la conduite c’est pas mal, elle assure une continuité au sein d’un épisode, garantit d’avoir suffisamment de sujets de discussion et donc rester fluide dans le déroulement de l’enregistrement et facilite la gestion du temps. Une conduite se présenterait comme ça (dans un tableur excel parce que les tableurs excel c’est la vie):

  • Le titre de l’épisode ou le nom de l’invité
  • Sujet principal (1 ligne, maximum)
  • Public: ce sujet est-il particulièrement adapté à un sous-groupe de nos auditeurs?
  • Ce que les auditeurs doivent en retirer. Quel est le message central de notre épisode? « la politique ne doit pas forcément être ennuyeuse », « la musique c’est pas mal » ou « apprendre quelque chose sur un sujet »
  • Notes spéciales.
  • Devons-nous éviter de parler de certaines personnes / choses ?
  • Matériel spécial requis?
  • Incluons-nous des clips audio préenregistrés?
  • Y a-t-il un invité?
  • Rôles. Il y a toujours au moins un conducteur, par contre les autres rôles sont facultatifs.
  • Le conducteur gère le temps et l’orientation de la conversation à travers ses questions
  • L’expert adopte une approche discrete et tente de fournir de nouvelles perspectives, garde tout le monde attentif et évite de tourner en rond et la masturbation intellectuelle
  • Le raconteur fournit des histoires plus longues sur le sujet. Possibilité de les prévoir en séquences, ponctuées d’interventions des autres personnes présentes, pour éviter les trop longs monologues
  • L’invité règne. Il peut partager ou demander n’importe quoi, pour aboutir à plus d’interaction
  • Ce tableau répertorie tous les segments de l’épisodes et chaque segment a un titre et un objectif. Et comment ce segments contribue-t-il à l’objectif global de l’épisode?
  • Une estimation du temps de chaque segments
  • Quelques points à traiter en bonus, au cas où

Sessions d’enregistrement

Préparation

  • Téléphones en silencieux, portes et fenêtres fermées, etc.
  • Assurez-vous que tout le monde a été faire pipi et a quelque chose à boire
  • Echauffement et papotage avec les hôtes. De préférence sans rapport avec le podcast pour éviter de griller la spontanéité si on aborde un de ces sujets durant l’épisode
  • Cela aide également à s’adapter à la conversation et à vérifier le son et les microphones (test one two)
  • Quand et comment dire au revoir aux invités externes, le cas échéant?

Tout ce qui suit, on ne le fait jamais, mais ça à l’air pas mal:

  • Brève évaluation de l’épisode précédent et des leçons pertinentes à en tirer?
  • Discuter du plan de l’épisode: des changements ou une réorganisation de la conduite?
  • Qui ouvre l’épisode et comment?
  • Qui ferme l’épisode et comment?
  • Y aura-t-il une pause? Si oui, comment aborder la pause et ensuite reprendre l’épisode de manière fluide?
  • Comment et quand introduisons-nous un invité externe, le cas échéant?
  • Comment gérer les digressions. L’hôte les coupes et recarde? Ou alors on continue et on voit où sa mène?
  • Discuter de la façon dont le show s’arrête est vraiment important. Si l’épisode s’arrête soudainement ou si l’animateur ne sait pas comment clôturer, cela peut être très gênant et choquant pour les auditeurs. Assurez-vous que vous avez réfléchi à l’avance. S’il n’y a qu’une seule chose que vous devez apprendre et retenir de ce post, ça doit être ça.

Enregistrement

  • Commencez l’enregistrement (bouton Rec)
  • Vérifiez que tous les signaux arrivent et qu’ils proviennent des bons microphones
  • Assurez-vous d’inclure quelques secondes de silence pour chaque invité afin d’éliminer correctement le bruit avec le filtre de votre logiciel de montage qui retire le bruit.
  • Assurez-vous d’obtenir des pistes audio distinctes pour chaque intervenant.
  • Assurez-vous les micros soient bien orientés et que les voix de chacun ne soient pas captées par les micros des autres
  • Enregistrer l’épisode (sinon c’est fort dommage, c’est plus un podcast, c’est un souvenir)
  • Laissez quelques secondes de vide après la cloture
  • Arrêtez l’enregistrement (bouton Stop)

Finaliser

  • Faites une brève évaluation
  • Demandez-vous, ou demandez à votre invité, s’il y a des parties qui doivent être coupées ou censurées
  • Remerciez votre invité (si vous en aviez un bien sûr, sinon c’est inutile)

Production / montage

Perso je monte dans Garage Band parce que les fonctions basiques me conviennent, mais si vous utilisez autre chose lâchez des commentaires. On est sur des notes assez techniques ici-bas, et assez fort liées au podcast de l’auteur original du post. Je traduis vite fait pour vous mais nous, on ne fait pas la moitié de ces trucs:

  • Créez une sauvegarde de vos enregistrements bruts, non-modifiés (on ne sait jamais, s’il faut recommencer le montage, il faut toujours garder une version brut de l’enregistrement)
  • Appliquez la suppression du bruit en utilisant le silence volontaire enregistré durant les tests sons du point précédent
  • Couper le son du début et le silence de la fin
  • Facultatif: appliquez un filtre passe-haut à 60hz
  • Supprimez les clics, les ronflements et effectuez un autre nettoyage
  • Appliquer une compression
  • Vous pouvez envisager d’utiliser un limiteur au lieu de la compression pour un son plus naturel
  • Appliquer EQ
  • J’applique + 6db pour tout <110hz, jusqu’à +0 pour tout ce qui est compris entre 120hz et 2800hz, + 3db pour tout> 3khz
  • Ce sont des règles de base, peaufinées en fonction des voix individuelles des hôtes (uniquement masculins) du podcast cité dans le post original
  • Normaliser l’audio
  • Voix légèrement panoramiques (pour trois intervenants, je fais un 20% L, un 20% R et l’hôte est centré)

Finaliser

  • Prenez des notes sur les choses que vous avez essayées, celles qui ont fonctionné ou celles qui ont foiré
  • Partagez les résultats (bon ou mauvais) avec vos co-organisateurs pour améliorer ou bagarre
  • Discutez de tout changement ultérieur. Et si il faut refaire un montage, faites-le. Mais c’est super ennuyant alors peut-être ne le faites pas
  • Écrivez les notes de l’épisode (principalement les liens dont vous discutez dans l’épisode)
  • Incluez les sujets abordés, les noms des hôtes et des invités
  • Envisagez d’inclure des minutages pour les différents segments
  • Incluez les credits lors de l’utilisation de contenus sonores ou de musique
  • Incluez les médias sociaux, le cas échéant
  • Publier à la date convenue
  • Sauvegardez tous les fichiers du projet sur un disque dur ou un cloud pour un stockage à long terme

Merci d’avoir tout lu, et si vous voulez écouter ce qu’on fait, tous nos épisodes sont disponibles sur Apple Podcast et les autres liens sont sur www.amourchips.com

Categories
Luikster Musique

Endless Dive, tournée française, Concours Circuit, Luik Records et playlist.

Samedi 8 décembre 2018 c’était la Finale du Concours Circuit 2018 et j’y avais été invité en tant que jury. Pour flatter mon égo encore plus fort, Pablo de Court-Circuit (mais aussi dans Rince-Doigt) m’avait offert la possibilité de remettre un Prix Luik Records, dont le contenu a été flou jusqu’à la dernière minute. On avait écrit dans la description de ce prix: accompagnement. Ça ne veut rien dire.

Bref, ce soir-là, les concerts de Glauque, LoKa and the Moonshiners, Saudade, SOROR et Endless Dive se terminent, on délibère entre professionnels (du monde professionnel de la musique professionnelle) et hop, parmis tous les autres prix, je remets le mien à Endless Dive, qu’ils acceptent avec le regard aussi flou que la description accompagnement qui avait été annoncée.

Le lundi qui suit, j’écoute l’album (prévu un mois plus tard – et qui est une petite tuerie post-rock), on se revoit durant la semaine pour définir ensemble le mot accompagnement, et les gars sont tellement cools, leur album est tellement super et leurs concerts sont tellement fous, que je leur propose le full monty (comme on dit chez les pompiers).

Ils acceptent et c’est parti. Courant janvier, de notre côté, on bosse à fond sur la recherche de nouveaux concerts, on se sert d’une proposition à Paris comme point de départ d’une tournée française (qui a lieu en ce moment même, du 1er au 7 mars), on avance sur le management, le publishing, on prépare au mieux la sortie de l’album et eux, de leur côté, ils font des concerts de fou furieux. Ils passeront bien près de chez toi à un moment donc n’hésite pas à les choper.

Dans un registre plus casanier, tu peux aussi les écouter depuis ton salon (ou ton bureau) et tu peux aussi écouter les morceaux qu’ils ont sélectionnés pour notre nouvelle playlist « Select » (qui sera confiée deux fois par mois à des artistes ou des membre de la famille Luik étendue). C’est ici, sur Spotify ou Deezer. Tu vas pouvoir passer presque trois heures avec leurs morceaux préférés et n’oublie pas de t’abonner pour que Spotify te prévienne quand on fait la mise à jour de cette playlist.

Voilà l’album « Falltime » sur la plateforme de ton choix.

Et pour te convaincre, Mowno en dit du bienGoute Mes Disques en dit des choses à peu près bien si on choisi bien son camp, et Totoromoon raconte des choses super.

Liens utiles pour soutenir les petits producteurs:
Le double vinyle « Falltime »: https://endlessdive.bandcamp.com/
Endless Dive sur FB: https://www.facebook.com/endlessdive
Endless Dive sur IG: https://www.instagram.com/endless_dive
Endless Dive sur Spotify: http://bit.ly/ENDLESSDIVE
Luik Records sur FB: https://www.facebook.com/luikrec
Luik Records sur IG: https://www.instagram.com/luikrec
Luik Records sur TW: https://www.twitter.com/luikrec
Luik Records sur Spotify: http://bit.ly/LUIKHITS

Categories
It It Anita Musique

Mardi 13 nov. 2018 – It It Anita – Angoulême, Le Mars (France)

Rendez-vous à 9h30 dans le « lobby » de l’hôtel pour démarrer rapidement et arriver au plus vite à Angoulême pour voir les copains Lysistrata et Klem, leur tour manager, qui nous a concocté cette date en dernière minute. Tout est prêt, la soirée commence avec Lysis qui fait son dernier show avant un break de 6 mois pour bosser sur le nouvel album, on enchaîne, le public est super nombreux et super chaud. Encore une fois beaucoup trop d’amour à donner et à recevoir, des autographes sur des faces avant de disques ou des dos de vraies personnes. On dort sur place, à l’étage, on a le droit de boire un ou deux petits coups en plus que d’habitude.

Journal de tournée avec It It Anita en autom  2018. On passe par la France, l’Espagne et l’Angleterre. À lire en entier sur Frontstage, le blog musique du Soir.