Categories
Food

Un cheesecake facile

Je ne partage pas souvent de recette parce que la cuisine ça me stresse un peu. Mais là, le cheesecake, it’s a piece of cake, comme on dit en Amérique — chez nous on dirait simple comme bonjour. Bonjour.

Disclaimer: Ce n’est pas du tout un cheesecake mais je n’ai pas de photo de celui qu’on a cuisiné donc je mets une photo d’une brochette d’emmental pané. C’est pas pareil mais on reste dans le champ lexical de la nourriture et du fromage, ça va.

J’aime bien parfois (je crois même qu’il m’est arrivé d’être détendu, un jour, en cuisinant) mais il suffit qu’un truc ne fonctionne pas exactement comme c’est écrit dans le recette (que je dois suivre scrupuleusement à la lettre) et je perds mes moyens, je m’affole, je crame les trucs et plus rien n’a de rythme. Ni mon cœur ni mes mouvements.

Le cheesecake c’est un de mes desserts favoris (je ne sais pas pourquoi) et j’ai toujours cru que c’était super compliqué à fabriquer (je ne sais pas pourquoi non plus). Cette recette m’a prouvé le contraire et ça vaut le coup de l’essayer.

Ingrédients

  • 200g de speculoos
  • 50g de beurre fondu
  • 600g de fromage frais (St Moret ou Philadelphia)
  • 1 citron
  • 3 oeufs
  • 25g de farine
  • 100g de crème fraiche épaisse
  • 20cl de lait
  • 150g de sucre

Préparation:

  • Préchauffer le four à 180°
  • Mélanger le speculoos écrasé émietté avec les 50g de beurre fondu
  • Placer la pâte buiscuitée au fond du moule et enfourner 10 min.
  • Ensuite mélanger tout le reste dans un saladier
  • Préchauffer le four à 210°
  • Verser la crème fromagée sur le biscuit cuit
  • Enfourner:
    10 min. à 210° puis
    1h à 90° puis
    1h four éteint (laisser dedans bien sûr)
  • Mettre au frigo toute la nuit pour le lendemain

Voilà, c’est tout.

Si tu connais une astuce pour le rendre encore meilleur n’hésite pas à laisser un commentaire ou venir taper à la porte de l’Instagram.

Bon app’

Categories
Food

Pois chiches neufs

Il y a « environ 353.000 résultats » sur Google pour cette recette. C’est beaucoup. Du coup je vais faire un condensé des 6 premiers résultats. J’ai choisi le chiffre « 6 » parce que, outre « Pyramide » qui était mon jeu télévisé préféré, j’aimais aussi très fort « Des Chiffres et Des Lettres » avec Patrice Laffont (comme par hasard c’était le même animateur pour les deux émissions, je te laisse en tirer les conclusions). Ça n’explique pas pourquoi j’ai choisi le chiffre 6 du coup. Mais en fait c’est parce que dans 353, si tu divises le 3 par l’autre 3, ça fait 1 et tu l’ajoutes à 5 et ça fait 6. Je te laisse aussi deviner la blague débile dans le titre de l’article, ça concerne aussi les maths et plus particulièrement la table 3. Bonne chance.

« Meilleurs que les cacahuètes et bien plus sains, les pois chiches grillés ont tout pour plaire. Ils sont en plus super-faciles et surtout rapides à faire. Vous allez être surpris de ne pas y avoir pensé avant. Pour les faire, c’est tout simple! » « Les pois chiches grillés donneront du soleil à vos apéros! Cette spécialité crétoise est également parfaite pour apporter du croquant aux salades composées. » « En fait, comme vous pouvez imaginer, il s’agit d’une méthode de cuisson, ancestrale et très simple. À défaut de four, on faisait griller les pois chiches dans une grande cuve couverte d’une grille avec des braises en-dessous (un peu comme les châtaignes). Cuisson de rue, rustique, souvent liée aux fêtes (par exemple en Sicile, on les vend encore ainsi durant les fêtes des Saints et cela s’appelle la Calia). » « Les pois chiches épicés se conservent quelques jours. S’ils ont tendance à ramollir, passez-les quelques minutes sur une plaque au four à 170 °C (325 °F) afin de leur redonner leur croquant. » « Je n’ai jamais consommé de drogue de ma vie, mais quand je me mets à bouffer ces pois chiches, j’ai comme l’impression que je me rapproche de ce que pourrait être une forme de dépendance extrême. » « https://www.youtube.com/watch?v=jInTZYBjcA4 »

Voilà. C’est simple et moi ça me rappelle mon grand père. Un immigré (ou « expat’  » comme on dit maintenant) venu de Monopoli dans les Pouilles en Italie pour bosser dans les mines de charbon en Belgique. C’est lui qui me faisait manger ça quand j’étais gamin.

Profite, et puis je te souhaite une journée toute douze (tu l’as?)

Categories
Food

Damien Pain Cool ou le pain cool de Jim Lahey

Outre ce titre un peu débile (tu sais, le blog ici c’est « damien point cool » et le titre de l’article c’est « damien pain cool ». Parce que « point » et « pain » ça se ressemble un peu), ça fait un moment que j’ai vu passer une info cruciale qui dit un truc genre: « il est possible de faire son propre pain dans une cocotte minute ».

Alors j’ai un peu cherché et j’ai trouvé qu’en plus de se faire dans une cocotte, c’est super rapide à préparer et c’est très bon. Donc j’ai essayé. J’ai balancé sur Snap [↗] la fin du process. La video est en fin d’article (et est un peu reloue parce qu’il était tôt et j’étais pas trop trop réveillé). Mais voilà en quoi consiste ce pain-minute-cocotte.

C’est un condensé de la fameuse recette de Jim Lahey pas de blague à base de Jean-Luc ni de Brigite qui à un peu bousculé la boulange en publiant une recette étonnamment simple – je pense qu’un enfant de 4 ans pourrait y arriver. Je l’ai moi même volée sur le blog de Lilo parce qu’on est sur internet et que tout le monde vole.

Voilà donc les ingrédients pour un pain de 500 g

  • 450 g de farine de blé type 55 (j’ai mis de la farine d’épeautre 78 mais on s’en fout, après tu expérimentes avec les farines que tu veux)
  • 1/2 c. à c. de levure de boulanger déshydratée (j’ai mis un sachet c’est pareil)
  • 1 c. à c. bombée de sel (là j’ai rien à ajouter)
  • 350 ml d’eau tiède (ici non plus)
  • 50 g de graines (j’ai mis des graines de courges mais ça marche avec le lin, le pavot, le sésame, le tournesol)
  • de la farine (ou son d’avoine) pour le façonnage en fin de chantier.

Temps de préparation : 15 min
Niveau : facile
Coût : économique

  1. Mélangez dans un grand saladier les ingrédients secs, puis ajoutez l’eau. Brassez à la main ou avec une cuillère en bois. La pâte obtenue est très humide et collante, c’est normal.
  2. Posez une assiette dessus et laissez-la lever pendant 12 heures . Elle va doubler de volume et former des bulles à la surface.
  3. Basculez la pâte sur le plan de travail fariné (à l’aide d’une corne si vous en avez) et farinez-la généreusement. Repliez-la 2 à 4 fois sur elle-même pour former une boule. Positionnez-la côté lisse sur le dessus. Couvrez et laissez reposer 15 minutes.
  4. Farinez généreusement un torchon, posez le pâton dessus, farinez-le et laissez reposer 2 heures. La pâte est prête quand un doigt enfoncé dedans ne laisse pas de trace.
  5. Préchauffez le four à 230 °C 30 minutes avant la fin de levée, avec une cocotte fonte (et son couvercle) dedans.
  6. Sortez la cocotte avec précaution et basculez le pain à l’aide du torchon dans la cocotte (côté « clé » ou pliures au-dessus, côté lisse au-dessous), refermez et laissez cuire pendant 30 minutes, puis 15 minutes à découvert.
  7. Sortez la cocotte et renversez-la pour faire sortir le pain. Déposez-le sur une grille et laissez-le refroidir.

Voilà c’est un super pain cool. Super simple à faire. Il faut s’y prendre un peu en avance, mais je t’invite vraiment à essayer parce que c’est quand même vachement meilleur que le pain qu’on trouve en grande surface ou en sachet. Je vais retenter l’experience souvent et essayer de l’améliorer et peut être vous emmerder encore un peu avec ça ici ou sur Snap, jusqu’à ce que je me lasse et que je vous emmerde avec autre chose (la course à pied par exemple).

La story Snapchat à partir du point 5. est ici: Story Snapchat à partir du point 5.

N’oublie pas que comme tout bon blogeur foodiefoodista j’ai aussi un compte Instagram que tu dois suivre.