Categories
Ecrire Note Process

Le temps passe plus vite quand on vieillit

J’ai appris hier qu’il existe une étude qui énonce l’idée que le temps passe plus vite en vieillissant.

Pas le temps en lui-même, lui il ne change pas. Une seconde reste une seconde et une journée reste une journée. C’est notre perception du temps qui change.

Une des hypothèses émise par Adrian Bejan, chercheur à l’Université de Duke en Caroline du Nord (USA) — ça sonne comme une blague déjà, quand on cite une étude d’une Université de Caroline du Nord — dans cet article, serait que l’on acquiert énormément de nouvelles expériences étant enfant, adolescent ou jeune adulte. Chaque jour apporte son lot de nouveautés, qui sont stockées dans nos cerveaux et donc les journées nous semble longue et bien remplie. Je ne suis pas scientifique, je ne comprends pas tout dans l’article (voilà une version un peu vulgarisée). Mais j’ai l’impression qu’il faut l’interpréter comme si on remplissait un sac de billes — les billes étant les expériences nouvelles — au fur et à mesure du temps avec plein de billes. Et en fin de journée ça fait un gros sac de billes. Et donc il faut du temps pour les compter. Donc la perception que l’on c’est que le temps passe plus lentement. Parce que je me souviens, ça prend du temps de compter ses billes.

Alors que les expériences réellement nouvelles, quand on vieillit, sont plus rares, notamment à cause de la routine (encore elle) et notre sac de billes, en fin dee journée, il est vite compté. On le vide vite, son sac, et puis hop on est déjà demain.

Donc cette fameuse routine que j’essaye de mettre en place et dont je parle depuis des jours, c’est ça qui nous tue petit à petit, alors que c’est aussi ça qui nous garde en vie (oui j’exagère mais c’est pour la forme).

Ça me rappelle, et là, ça y est, je parle comme un vieux, un texte que nous avions écrit avec Sarah Eechaut pour le livre The First Time Forever. Tous les jours (ah tiens, une routine) elle prenait son auto-portrait. J’avais déjà parlé brièvement du projet ici.

Nous y évoquions le fait que dans nos pratiques de photographes, designers ou simplement artistes, nous devons faire tous les jours le même rituel, processus ou travail pour le maîtriser de plus en plus, mais en même temps continuer à expérimenter et à le redécouvrir comme si nous le faisions pour la première fois.

Pour la première fois pour toujours.

Voilà. Il n’y a pas de conclusion et c’est passé vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.