Categories
Edition

Ding Dong Paper, S01. Bilan.

Même si la Saison Un s’est plutôt bien passée (on n’a pas de perte et on a même un léger bénéfice), ça ne payera pas, comme nous l’avions souhaité, la production de la Saison Deux. On envisage donc de changer la politique de prix de Ding Dong Paper.

En gros, on a besoin de 5000€ pour produire une saison et ça sert juste à payer les 12 artistes et imprimer leurs 12 illustrations en 150 exemplaires. Ça ne comprends pas un salaire éventuel, même symbolique, que l’on pourrait se dégager avec François, mon associé dans cette histoire.

Une discussion avec Olivier Mallue (sur plein de sujets mais aussi à propos de Ding Dong Paper) m’a un peu fait réfléchir à notre entreprise sur le moyen et long terme. Et la conclusion est super simple:

OK, c’est cool de ne pas être « trop trop chers » mais au final, si on n’arrive pas à stabiliser le truc, à payer au moins la saison suivante et à se prendre une petite dringuelle pour s’acheter une bière ou deux, on va s’essouffler et on ne dépassera probablement pas la Saison Trois.

Et ça serait vachement dommage parce qu’on croit vraiment en ce projet.

Si on reprend un peu les bases qu’on avait jeté avec François au début du projet, en août 2014, nos intentions étaient (et sont toujours):

  • Proposer à un large public autre chose que les images du Brooklyn Bridge vendues chez IKEA et tirées à plusieurs milliards d’exemplaires.
  • Vendre les images, numérotées et signées par les artistes, à un prix abordable.
  • Faire connaître des artistes, qui sont probablement connus dans les sphères du design ou de l’illustration, mais peut être moins ailleurs.
  • Favoriser l’abonnement. Donc acheter les 12 d’un coup! Moins cher! Douze d’un coup! Moins cher!
  • Avec en bonus la possibilité, parmi ces 12, d’offrir des images à sa meilleure amie ou à Papy pour la Noël.

Pour l’instant, une image Ding Dong Paper coûte 25€ + FDP (ça veux dire Frais De Port). On envisage donc d’augmenter le prix à l’unité, garder un prix super alléchant pour la formule en abonnement et offrir les frais de port pour tout achat. Je reviendrai sur les « nouveaux tarifs » dans un prochain post, là on fignole, on écrit, on boit des cafés, on discute et on fait des tableaux Excel pour définir les nouveaux prix.

Voilà, c’est le début de notre réflexion, n’hésite pas à déjà me dire sur Twitter, Shapchap ou ailleurs autour d’un café, si ça te dit d’acheter un abonnement complet ou si tu préfères en acheter seulement quelques-uns par-ci par-là à un tarif plus élevé. Sinon, tu peux aussi suivre DDP sur Twitter ou Instagram et nous le dire là bas.

Photo © Charles Loyer. Extrait de étapes.

Categories
Musique

Une playlist pour Alt-r.fm #1

Mon pote David vient de lancer il y a quelques semaines une nouvelle webradio — Alt-r.fm — à base de playlists quotidiennes et d’actualités. Il m’a offert la chance de lui préparer une compilation de morceaux, je me suis un peu avancé en lui promettant de poster une petite phrase pour chacun de mes choix et voilà donc, avec deux semaines de retard, des mots sur certains morceaux de la liste.

Tu peux lancer la lecture pendant que tu lis la suite.

  1. The Hives “Come On!” C’est une bonne entrée en matière. Avec des gens qui crient au milieu comme si c’était un concert sur disque. Et puis c’est un morceau court, mais bref.
  2. Weezer “Undone (The Sweater Song)” [note: album “Île déserte”]
  3. Yo La Tengo “Mr. Tough”
  4. Hymie’s Basement “21st Century Pop Song” Une autre grande phase dans les musiques qui m’ont forgé c’est Why? et ses bricolages hip-pop (lui en solo ou alors avec sa bande d’Anticon, genre cLOUDDEAD et le reste). Ce projet Hymie’s Basement c’est quand il descend dans la cave du Hymie’s, un magasin de disque à Minneapolis, avec Andrew Broder (aka FOG) et qu’il en remontent avec un album incroyablement pop, gai, triste, malin et impérissable. Je balance ici le début de l’album pour te donner l’envie d’écouter le reste. En bonus tu pourras te rendre compte qu’avec It It Anita on a repris un des morceaux de l’album sur notre premier disque.
  5. Sloy “Pop”
  6. The Unicorns “Tuff Ghost” [note: album “Île déserte”]
  7. Cloud Nothings “No Future No Past” Après avoir produit “In Utero” en 1992, Steve Albini tombe sur les gamins de Cloud Nothings en 2012 et produit ce “Attack On Memory”, un disque qui en est une sorte de reflet dans un miroir déformant. C’est un drôle de rendez-vous de re-produire, avec pile poil 20 ans d’écart, le même pamphlet rageur et excité comme une pop.
  8. Deity Guns “The Map”
  9. Sparklehorse “Pig” [note: un de ses album est “Île déserte” — à définir]
  10. Clues “Haarp” [note: lié au morceau #6]
  11. Oh No! Oh My! “I Love You All The Time” J’ai toujours été fasciné par les gens qui osent. Ici, en l’occurence, ON!OM! qui fait une pop-folk assez cool balance une sorte de beat bien vulgaire et ça déglingue.
  12. The Blow “Bonjour Jeune Fille”
  13. Suuns “Arena”
  14. Wugazi “Another Chessboxin’ Argument” Mashup complètement fou entre Wu Tang et Fugazi. WTF. Génie.
  15. Mogwai “Ithica 27 ϕ 9” [note: album “Île déserte”]
  16. A Minor Forest “The Dutch Fist”
  17. Do Make Say Think “Do” Le label Constellation Records, influence majeure dans la musique qui m’habite depuis que j’ai commencé à écouter la musique qui m’habite. Au delà de la musique j’ai adoré ici l’idée d’attendre le sixième album pour nommer les quatre titres de l’album d’après les quatre mots qui composent leur nom. Je m’attache souvent à ce genre d’idées un peu bêtes mais à la fois géniales.
  18. Diabologum “De la neige en été”
  19. Maps & Atlases “Pigeon”
  20. Q And Not U “Soft Pyramids”
  21. The New Year “18” [note: album “Île déserte”]
  22. David Pajo “Bullet” Parce que parfois je suis un peu con et que je confonds les choses, ici j’ai confondu Misfits et Melvins (beaucoup de lettres identiques quand même). Mais c’est pas très grave parce qu’au final ici c’est une reprise folk hyper calme et mal enregistrée des Misfits par David Pajo. J’aime bien le garçon malgré des choix de carrière un peu fous (genre cet horrible groupe ZWAN avec Billy Corgan) mais il a un peu inventé le post-rock avec Slint en 1991 alors c’est pardonable.
  23. Woods “Born To Lose”
  24. The Black Heart Procession “Blue Tears”
  25. Labradford “Midrange”

Il n’est pas impossible que je viennent compléter au fur et à mesure les descriptions des autres titres. Reviens voir souvent ou alors le mieux c’est que tu me suives sur Twitter ou Snapchat.