Categories
Note Process

Le temps passe plus vite quand on ne fait rien

Je viens de regarder The King of Staten Island, le dernier film réalisé par Judd Apatow et durant ce dialogue entre Claire et Scott:

– You know, you got to get your s**t together. Time is passing by very quickly.
– That’s why I smoke weed all the time, okay? It slows it all down.

Tu sais, tu dois te ressaisir. Le temps passe très vite.
– C’est pour ça que je fume de l’herbe tout le temps, ok ? Ça ralentit tout.

je me suis souvenu que j’avait écrit un petit mot sur un sujet à peu près semblable, il y a un moment. Un truc genre le temps passe plus vite quand on est vieux.

Alors quand j’ai retrouvé l’article (le lien est dans le paragraphe juste au dessus mais maintenant c’est trop tard) je me suis rendu compte que c’était il y a exactement un an, jour pour jour, et ça c’était déjà fou.

Et puis j’ai relu l’article. Et j’ai rien compris.

En tous cas je crois que ce que j’ai voulu dire ici c’est que le temps passe super vite. Depuis le début de cette crise sanitaire qui a tout mis sur pause (it slows it all down), j’ai rien vu passer et je n’ai plus rien créé vraiment. Peut-être juste un t-shirt, qui était une tentative pour aller bien et que j’ai mis six mois à envoyer, et un dessin « technique » d’un verre de vin. C’est à peu près tout. Enfin, je crois (j’ai pas de mémoire).

J’ai surtout essayé de prendre soin de moi (je ne pense pas y être encore arrivé, mais je chemine) et j’ai perdu mon rythme de faire.

J’avais encore 40 ans quand la pandémie nous est tombée dessus et là je suis à l’aube de mes 43. Deux années qui se sont écoulées, trois si on compte en anniversaire, et j’ai rien vu venir.

Le temps passe plus vite quand on ne fait rien.

Voilà, c’est ça qui m’est arrivé pendant ces deux ans. Je me suis déplacé de nulle part à ici en un clin d’œil.

Alors ce qu’on peut faire, c’est faire. Pas seulement faire pour du travail mais faire pour faire.

Faire. Pour figer le temps.

Sinon, le film de Judd Apatow est super, tu peux le regarder et le t-shirt Every F Thing, si tu le veux et que tu es assez nombreux, je peux en refaire, et les envoyer plus rapidement que dans 6 mois.

Si tu n'es pas encore abonné·e à Ma Petite Lettre hebdomadaire, c'est pas grave, mais elle est chouette donc si tu veux abonne-toi.
Categories
Note

100 trucs cool en 2021 (la suite)

Après avoir posté ma liste des 100 trucs cool de 2021 la semaine dernière, Yannick, Grégory, Frédéric, Thibaud et Guillaume ont fait leurs propres listes. En les lisant, je me suis rendu compte que j’avais oublié des trucs dans la mienne, alors voilà la suite.

  1. Véga m’a fait un bracelet qui n’a pas quitté mon poignet.
  2. Presque tous les dimanches j’ai fait des homemade pidzas et c’est devenu une chouette tradition du dimanche soir. Et puis elles sont devenues pas mal bonnes.
  3. J’ai pris l’habitude d’écrire pidza avec un « d » à la place du premier « z ». J’ai même créé un remplacement clavier donc quand j’écris pizza ça le change tout seul en pidza et ça ne fait rire que moi.
  4. Par contre en tournée, j’ai mangé une des meilleure pidza de ma vie. C’était au Don Camillo à Langon, à 40 minutes de Bordeaux.
  5. Je ne me suis pas encore fabriqué de clavier mécanique moi-même-tout-seul mais les vidéos de Sylvain m’en ont donné très envie. Par contre je m’en suis acheté un déjà monté, mais je ne l’utilise pas assez.
  6. C’était l’année André. Je suis allé voir Jean à Paris (ça faisait 1000 ans) et je me suis fait tatoué dans son salon. Quelques mois auparavant j’ai pu aider sa sœur Agathe à se loger sur Bruxelles mais surtout je la croise par hasard sur une terrasse (ça faisait 0 ans — on s’était jamais vu).
  7. S’il y a une suite, ça sera ici.

Et si vous voulez vous spoiler le trucs cool de 2022, j’en partage 7 par semaine dans Ma Petite Lettre, abonnez-vous.

Categories
Note

100 trucs cool en 2021

  1. Beaucoup de premières fois. Parfois c’est nul la première fois. Mais parfois c’est bien.
  2. Première fois que je vais voir un·e psy et je crois que tout le monde devrait le faire. Je prends toujours la même analogie mais on va chez le dentiste même quand on n’a pas mal aux dents alors on devrait toujours aller chez un·e psy même quand on n’a pas mal dedans.
  3. J’ai perdu du poids, grâce a la technique PDG, que je ne recommande à personne : Pandémie Dépression Gainage. Je recommande la troisième activité cependant.
  4. J’ai vu l’océan
  5. J’ai commencé à publier une photo de chaise tous les jours sur (un compte instagram) Chair Journal 
  6. Je me suis même offert une nouvelle chaise (de seconde main) pour bosser et je l’adore.
  7. Véga a fait une sculpture de chaise en fil de fer de bouchon de champagne et je l’adore.
  8. J’ai arrêté de poster une chaise par jour sur Chair Journal après 72 jours consécutifs.
  9. Pour la première fois on m’a emmené aux Thermes (quelque part à Bruxelles) et pour la première fois j’étais totalement nu dans un sauna ou une piscine avec d’autres gens et j’ai trouvé ça plus « normal » que « génant ». 
  10. Des parties de Trivial Pursuit ou Tu Te Mets Combien avec des gens que j’aime c’est le fun
  11. J’ai lu La trajectoire des confettis de Marie-Ève Thuot — « Tant que les êtres voudront se posséder les uns les autres nous en resteront là ».
  12. J’ai lu La Petite Dernière, premier roman, autobiographique de Fatima Daas <3
  13. J’ai lu Je n’aime que la musique triste de Adrien Durand  
  14. J’ai lu Écorces Vives de Alexandre Lenot
  15. J’ai lu L’Anomalie de Hervé Le Tellier
  16. Avec It It Anita on a sorti notre cinquième disque, Sauvé 
  17. Premier clip vidéo, co-réalisé avec mrnvdb
  18. Le lancement d’une nouvelle agence c’est toujours excitant. Le lancement de Julia Camino Agency, également avec mrnvdb, c’est excitant.
  19. J’ai commencé un « truc grand format »  le 24 janvier 2021 et j’espère l’avoir fini pour le 24 janvier 2022. Alors que c’est pas si compliqué à faire, je l’ai juste abandonné. Mais ne t’inquiète pas « truc grand format », j’arrive! Je vais te continuer!
  20. J’ai fait imprimer un t-shirt EVERY F. THING mais j’ai trébuché sur les délais de production. Avec quelques mois de retard les commandes partent bientôt.
  21. J’ai dessiné un autre t-shirt, qui arrive bientôt, mais surtout, sera livré beaucoup plus vite.
  22. J’ai envoyé huit fois Ma Petite Lettre c’est pas un super score mais c’est plus que zéro. C’est même plus que six. Ou sept.
  23. J’ai pris presque un mois complet de vacances cet été (mais ça ne m’a pas reposé)
  24. Première fois qu’on se lance dans la fabrication d’un cheesecake et c’était plutôt facile. Voilà la recette
  25. J’ai encore acheté plus de livres que je ne pourrai en lire mais à chaque fois ça m’a rendu un peu plus heureux quand même alors c’est ok.
  26. J’avais acheté le Hobonichi 2021, cet agenda incroyable venant tout droit du Japon dont on te parlait dans le premier épisode de Amour Papier — le podcast n’est plus dispo sur les plateformes mais il est archivé sur YouTube. J’ai pas réussi à utiliser cet agenda papier correctement.
  27. J’ai encore acheté le Hobonichi 2022 même si je ne sais toujours pas comment je vais l’utiliser.
  28. J’ai encore acheté un carnet pour en faire mon « unique carnet » et organiser mes tâches, mes projets et mes journées mais je ne suis toujours pas certain que ce soit le bon système pour moi.
  29. mrnvdb m’a offert un nouveau carnet Zequenz mais je ne sais pas non plus comment il va rentrer dans mon workflow.
  30. J’ai découvert Roam Research, c’est vraiment fou mais c’est un peu cher. C’est rentré petit à petit dans mon workflow quotidien.
  31. Plot twist. Six mois plus tard, j’ai découvert Craft, c’est vraiment fou mais un peu moins cher. C’est rentré dans mon « workflow in progress » deux jours avant la fin de 2021.
  32. J’ai trop/très peu écrit (et écrire c’est vivre deux fois) cette année mais j’ai rassemblé les réflexions sur ces histoires de carnet, de note, de papier ou d’électronique dans un post (ou une série de note) ça va s’appeler Notebook Bordelisme.
  33. Pour la première fois, on a fait un run de nuit avec les kids, un soir de pleine lune.
  34. J’ai découvert la sauce sriracha et j’ai envie d’en mettre partout, tout le temps. Peut-être même prendre un bain de sriracha.  
  35. J’ai fait une balade avec mon pote Charles dans des coins inconnus de Liège et j’avais vraiment l’impression d’être ailleurs mais chez moi (mais ailleurs).
  36. Véga prend des cours de piano et on a maintenant un clavier pour qu’elle puisse s’entraîner. Du coup j’apprends aussi un peu le piano. 
  37. Léon voulait un ukulele alors on s’est offert un ukulele Fender. En forme de Fender. Ça a l’air ridicule comme ça. Et c’est bel et bien le cas.
  38. Je n’avais plus de lunettes de soleil depuis longtemps alors je me suis acheté des lunettes de soleil. C’est bien pratique pour quand y’a plein de soleil. Je suis allé chez les copains Bidules à Bruxelles (lien non-sponsorisé). Local et upcycling.
  39. Véga a fait réciter l’alphabet à Google Translate et elle était morte de rire.
  40. Les enfants ont fait une danse de la joie, un soir de grand froid durant lequel on a dormi ensemble, et c’était une des meilleures soirées de l’année. 
  41. Le 11 juin 2021 on a fait notre premier concert devant des gens debout (en extérieur) depuis plus d’un an avec It It Anita. C’était à Marchin. C’était le feu.
  42. Et puis on est aussi allé jouer en France, en Espagne, en Suisse et au Luxembourg avec le groupe.
  43. J’ai réparé l’alternateur de la camionette tout seul. C’était une première. Je suis pas mécano mais j’étais content.
  44. Léon a commencé à aller travailler au garage de son grand-père le mercredi après-midi après l’école. Il n’est pas encore mécano mais il est content.  
  45. Annabel Lee, It It Anita, et les autres copains du rock, ont été listés dans un article sur Bandcamp Daily « A Guide to the Vibrant Young Belgian Rock Scene » 
  46. J’ai fait 3 jours de coaching avec un cool groupe liégeois, Naked Passion, et je recommencerais bien si on m’en donne encore l’occasion.
  47. D’ailleurs si t’as un projet musical et que tu cherches un « accompagnement personnalisé » parce que t’es bloqué·e sur certains aspects, on a mis en place un truc en 2021 qu’on va développer en 2022 avec notre agence Julia Camino. Envoie-moi un mail avec le code mystère 47.
  48. mrnvdb a produit entièrement un super podcast, At This Moment.
  49. On a enregistré, mixé, monté, 10 épisodes de Amour, Gloire & Chips. C’est quand même pas mal.
  50. On a aussi participé à une table ronde à propos de podcast et de livre, deux de nos trucs préférés.
  51. Véga est l’étoile là plus brillante de la constellation de La Lyre. Et cet été je me suis rendu compte que j’avais la constellation de La Lyre en grain de beauté sur le front.
  52. Ça y est j’ai basculé, j’ai acheté ma première paire de Mephisto. C’est terriblement confortable.
  53. J’ai acheté un nouveau sac banane très pratique. Je suis content de mon choix, j’avais quand même passé une nuit à comparer les modèles.
  54. J’ai fait un tatouage de banane (le fruit pas le sac) sur la cuisse.
  55. J’ai aussi fait de crème glacée vegan à la banane. Ça s’appelle Banana Nice Cream
  56. Holistic Zaza ma demandé de faire des dessins sans regarder pour son livre et c’était un honneur de participer à son projet. 
  57. Avec PLMD on aussi fait l’identité d’un nouveau marché de la poésie à Bruxelles, Poetik Bazar, pour lequel j’ai également fait un logo « sans regarder ».
  58. Première expérience en 4DX 3D avec Spiderman: No Way Home. Pendant 2h28 on te souffle dans l’oreille, t’es secoué·e et éclaboussé·e. C’est comme le sexe. 
  59. Une série photo des fesses avec mrnvdb dans des églises.
  60. Une descente de la Lesse avec mrnvdb en kayak. 
  61. J’ai remis les pieds au King of Comedy Club et c’était super de barre de rire avec Fanny Ruwet.
  62. J’ai enfin publié le dessin de verre de vin qui trainait dans mes brouillons depuis des années. J’en ai vendu quelques un et il en reste (tous des originaux, dessinés à la main, signés et numérotés).
  63. Pendant une dizaine de jours consécutifs j’ai posté un truc tous les jours sur mon blog. J’ai pas tenu tous les jours de la vie comme prévu.
  64. Pour la première fois depuis Pinkerton, j’ai aimé un album de Weezer (OK Human) de la première à la dernière chanson. C’était assez inédit, en tant que fan ultime, d’aimer un de leurs albums en entier.
  65. J’ai recommencé à boire de l’alcool, mais j’ai aussitôt recommencé à ne pas boire parce que ça ne m’a pas tellement plu. Ça fait donc un peu plus de deux ans que je ne bois plus d’alcool.
  66. On a lancé un projet de publication de textes court sur des morceaux de musique, quotidiens. Ça s’appelle SOSAD et le site a buggé mais on ne l’as pas encore réinstallé.
  67. J’ai visité La Borne, un village de potiers dans le Berry.
  68. Je suis retourné au Stedelijk à Amsterdam et c’est toujours aussi super.
  69. J’ai adoré retourner au bureau après des mois de télétravail trop longs
  70. J’ai aussi adoré les telecongés.
  71. On a fait un karaoke le dernier jour de l’année avec mrnvdb dans son appartement. C’était probablement horrible pour les voisin·es mais nous on a bien ri.
  72. J’ai changé de plateforme pour Ma Petite Lettre, plus simple que la précédente, en espérant que ça me permettre de garder un rythme plus hebdomadaire.
  73. Je ne vais pas arriver à 100 mais 73 c’est déjà pas si mal.

Si ce Top 73 te plaît, partage-le avec 73 personnes. Et si c’est beaucoup trop, tu peux juste la partager avec 7,3 personnes.

Et bonne année. 2022 le feu.

Edit du 13 janvier 2022: une suite.

Categories
Ma Petite Lettre

Ma Petite Lettre 43

Voilà le contenu de Ma Petite Lettre (hebdomadaire) de la semaine dernière. Si tu veux la recevoir le jour-même, à savoir le vendredi, abonne-toi, c’est juste là.

Salut!
Semaine de rentrée, c’est la course!
C’est la rentrée à Saint-Luc où je vais donner quelques heures de cours, c’est la reprise et donc il y a tous les concerts des artistes de notre roster à gérer avec Maureen (parce qu’il paraît que le covid c’est presque fini — ah bon?) et par la même occasion, grosse tournée pour It It Anita cet automne (on va passer par chez toi donc viens nous voir), on va redémarrer la production de noter podcast Amour, Gloire & Chips, et puis on se lance dans un nouveau petit projet d’écriture. Allez c’est parti.
Eh, pssst…

Playlist ❶ SOSAD. Comme on n’a jamais assez de projets en cours avec mrnvdb, on a profité d’un premier septembre et d’une rentrée pour se lancer dans « Selected: One Song A Day« . L’idée est de proposer une playlist dans laquelle on choisi, en alternance, une seule chanson qui change tous les jours et écrire un paragraphe très court sur ce morceau. Et notre logo c’est un ballon de basket, triste d’être carré.

43 ❷ 42. La semaine passée c’était La Petite Lettre #42 et comme me l’a fait remarqué Tanguy, je suis passé à côté de la référence ultime à la question ultime sur le sens de la vie. La réponse à cette question, posée dans Le Guide du voyageur galactique (H2G2 pour les intimes) de Douglas Adams, est effectivement (attention spoiler): 42. Pour me racheter, je vais relire cette « trilogie en cinq tomes » parce qu’elle est très drôle, que ça fait longtemps que je l’ai lue mais surtout parce qu’elle est très drôle.

Série ❸ Hacks. Voilà j’ai vu la moitié de la saison et c’est tout ce qu’on aime. Une comédienne en fin de carrière et une autrice en marge qui s’est fait blacklister pour une mauvaise blague. Forcément au début ça ne marche pas du tout entre elles et puis, bon, après ça marche un peu. C’est L’Arme Fatale du standup. Ça se regarde sur HBO (pour les non-pirates).

Livre ❹ La Petite Dernière. Ça n’arrive pas souvent que je lise un livre en une journée mais ce weekend en allant à Amsterdam j’ai eu un peu de temps. Bon, après, j’ai aucun mérite — même si livre n’est pas très long — c’est très rythmé et ça donne envie de tourner les pages très vite. La Petite Dernière est le premier roman de Fatima Daas, un autoportrait fragmenté, sorti il y a (presque) pile poil un an aux éditions Noir sur Blanc, et qui vient tout juste de resortir en Livre de Poche.

Podcast ❺ Ces Paroles Invisibles. Forcément après la lecture de son livre, on découvre que Fatima Daas a un podcast sur France Inter et donc on le rajoute à la liste infiniment longue des podcasts à écouter / à rattraper.

Prise de note ❻ Zettelkasten. Je suis toujours en train de fouiller l’internet au sujet du BASB (Building A Second Brain) et de l’organisation (et la rigueur?) dans la prise de. note. Voilà une courte vidéo qui explique ce principe de « réseau de fiches ». La méthode fonctionne bien avec Roam Research, une application web dont il faut que je te parle bientôt.

Shop ❼ Every F Thing. C’est bientôt la fin de la précommande du t-shirt, donc fonce! Parce que c’est la rentrée mais surtout que Every Fucking Thing Is Gonna Be Alright!

Comme je disais dans l’intro, c’était un peu la course cette semaine de rentrée et donc j’ai écrit cette petite lettre ce matin même. Il m’a fallu un peu moins de trois heures cette fois pour la terminer. Elle restera toujours gratuite mais vous pouvez me soutenir dans cette aventure hebdomadaire en allant vous faire plaisir dans le shop.
Vous pouvez aussi la partager à vos amis si elle vous a plu.
Et puis si vraiment vous n’avez pas encore assez donné, il reste le Patreon .

Des bisous et à la semaine prochaine,

Damien

Eh, pssst, quelques trucs cool.
On me demande souvent sur quelle plateforme j’ai monté mon shop en ligne, donc si d’aventure vous envisagez de vendre des trucs, testez Ecwid. C’est super simple à installer et à customiser et voilà un lien de parrainage.
Enfin si vous chercher un formateur ou créatif freelance, un studio de design, une team pour réaliser un podcast, ma boite mail est toujours ouverte.

Voilà c’était le contenu de Ma Petite Lettre précédente, la 43. Si tu veux la recevoir le jour-même, à savoir le vendredi, abonne-toi, c’est juste là.
Categories
Food

Un cheesecake facile

Je ne partage pas souvent de recette parce que la cuisine ça me stresse un peu. Mais là, le cheesecake, it’s a piece of cake, comme on dit en Amérique — chez nous on dirait simple comme bonjour. Bonjour.

Disclaimer: Ce n’est pas du tout un cheesecake mais je n’ai pas de photo de celui qu’on a cuisiné donc je mets une photo d’une brochette d’emmental pané. C’est pas pareil mais on reste dans le champ lexical de la nourriture et du fromage, ça va.

J’aime bien parfois (je crois même qu’il m’est arrivé d’être détendu, un jour, en cuisinant) mais il suffit qu’un truc ne fonctionne pas exactement comme c’est écrit dans le recette (que je dois suivre scrupuleusement à la lettre) et je perds mes moyens, je m’affole, je crame les trucs et plus rien n’a de rythme. Ni mon cœur ni mes mouvements.

Le cheesecake c’est un de mes desserts favoris (je ne sais pas pourquoi) et j’ai toujours cru que c’était super compliqué à fabriquer (je ne sais pas pourquoi non plus). Cette recette m’a prouvé le contraire et ça vaut le coup de l’essayer.

Ingrédients

  • 200g de speculoos
  • 50g de beurre fondu
  • 600g de fromage frais (St Moret ou Philadelphia)
  • 1 citron
  • 3 oeufs
  • 25g de farine
  • 100g de crème fraiche épaisse
  • 20cl de lait
  • 150g de sucre

Préparation:

  • Préchauffer le four à 180°
  • Mélanger le speculoos écrasé émietté avec les 50g de beurre fondu
  • Placer la pâte buiscuitée au fond du moule et enfourner 10 min.
  • Ensuite mélanger tout le reste dans un saladier
  • Préchauffer le four à 210°
  • Verser la crème fromagée sur le biscuit cuit
  • Enfourner:
    10 min. à 210° puis
    1h à 90° puis
    1h four éteint (laisser dedans bien sûr)
  • Mettre au frigo toute la nuit pour le lendemain

Voilà, c’est tout.

Si tu connais une astuce pour le rendre encore meilleur n’hésite pas à laisser un commentaire ou venir taper à la porte de l’Instagram.

Bon app’

Categories
Musique Podcast

At This Moment (podcast)

Un nouveau podcast estival dans lequel Maureen de Amour, Gloire & Chips reçoit un·e invité·e qui lui parle d’un moment précis dans un morceau qui lui retourne la tête.

Nouveau parce que c’est un « nouveau format » dans le catalogue Amour Media mais en vrai on a commencé la diffusion le 21 juin et il y a déjà cinq épisodes en ligne.

Après une saison riche en invité·es en tous genre et toutes disciplines, Maureen, co-host de Amour, Gloire & Chips a fait germer et aboutir son projet « At This Moment », un nouveau podcast estival et hebdomadaire dans lequel un·e invité·e parle d’un moment précis dans un morceau qui lui retourne la tête. Durant cette année en manque de repères et de « musique en vrai » (des concerts, principalement), il était urgent de recréer des occasions pour se rencontrer et causer musique. C’est dans ce chaos qu’est née l’idée de « At This Moment ». Le choix des invité·es a été particulièrement soigné pour illustrer une diversité de genres, de courants musicaux et de pratiques musicales. Toustes musicien·nes, il leur était « impossible de choisir » parmi tous les morceaux qui ont marqués leur histoire ou leur vie mais le choix final est pourtant assez révélateur.
At This Moment est une agréable façon de (re)découvrir un morceau au départ de « ce moment précis », et qui ouvre progressivement la discussion sur une experience et un ressenti plus personnels, dans un format podcast court (approximativement 10 minutes) sur 10 épisodes durant l’été.

Parmi ces invité·es on retrouve Elie Pauwels de Endless Dive, Maja-Ajmia Yde Zellama du collectif Bledarte, Hugo Claudel de Annabel Lee et Joana de Bengal.

Au niveau des collaborations sur l’identité du podcast, Maureen a eu l’excellent idée de bosser avec Alain Deval, batteur de The Brums, mais aussi connu pour son projet en solitaire « batterie + synthés modulaires » Bothlane (j’avais déjà parlé de la pochette de son premier single). Il nous a envoyé plusieurs créations sonores et certaines d’entre-elles se retrouvent dans les épisodes en tapis sonore ou en génériques fin / début. Ce n’est d’ailleurs pas impossible que Alain partage aussi un de ses moments « explosion de cerveau » dans un prochain épisode mais c’est secret, faut pas dire à Maureen que j’ai lâché le morceau ici.

L’autre identité, graphique cette fois, a également découlé d’une discussion entre Maureen et Alain (petits extraits dans les captures d’écran juste en dessous), quand elle lui à demandé ce que pouvait bien être ce swell qui divise l’album « Blond·e » de Frank Ocean en deux parties égales — écoutez le premier épisode [lien Apple Podcast] pour savoir de quoi je parle.

On a ensuite développé une « grammaire visuelle » des sons que nos différents invité·es nous présentaient à partir de différents glyphes trouvés dans la typographie utilisée. Petit jeu: essayez de retrouver la logique de la « signature glyphe » en écoutant chaque épisode.

Abonnez-vous sur la plateforme de podcast de votre choix, on est partout, tous les liens sont là, et laissez-nous un mot gentil sur Apple Podcast, avec par exemple un·e artiste que vous voudriez entendre dans une prochaine saison de ATM.
Abonnez-vous aussi au compte Instagram du podcast, parce que, je sais pas, ça fait plaisir.

Vous pouvez même soutenir nos créations en nous offrant des (équivalents de) cafés (en euros) sur le Patreon de Amour Media, ça nous permettra de faire — peut-être — une saison deux dans pas trop longtemps.

Note de la presse: Xavier Ess, de la rubrique Culture de la RTBF à publié un article au sujet de At This Moment (merci Xavier), trouvable en ligne à cette adresse.

Categories
It It Anita Musique

It It Anita, making of “More”

English version on Luik Stories

On a sorti notre album “Sauvé” le 2 avril 2021, il y a donc tout juste deux mois. C’est le moment idéal pour poster un petit retour sur la conception du clip de ”MORE” sorti le même jour. Ce texte est écrit par Maureen, avec qui j’ai eu la chance de co-réaliser le clip.

Je crois que c’est parti d’un message de Damien sur le Slack du style “T’es chaude on fait un clip pour MORE. C’est pour dans deux semaines.” J’ai évidemment répondu “Allez!”

Le pitch de départ c’était: une idée simple et efficace. On a très vite voulu péter des trucs parce que ça parle de surconsommation et il fallait quelque chose de fort au climax comme le morceau est construit en montée. Puis si possible avoir un deux roues motorisé pour faire un clin d’œil au break moto que Mike joue à la guitare à 01:40. Les idées ont fusé dans tous les sens. Mon persona de prod a pensé “Ok, on a peu de temps, on peut pas partir dans des délires qui nous demandent plus d’un jour de tournage”. Il fallait donc que nos différentes scènes puissent se tourner dans un même périmètre. 

Par je ne sais quelle manigance céleste, je repense à cette roulotte dans laquelle on traînait avec mon frère pendant nos années de glande adolescente. Ca faisait des lustres que j’y étais pas retournée donc aucune garantie qu’elle s’y trouve toujours. Je demande alors à ma mère de vérifier car elle habite encore dans le coin et là elle me répond “quelle roulotte?” (J’avais au moins la confirmation que notre planque de l’époque était parfaite). Pas le choix donc, deux jours après je fais l’aller-retour. La roulotte était bien là, elle n’avait pas bougé d’un centimètre mais elle était encore plus belle que dans mon souvenir car la nature avait continué de gagner du terrain. Sur le moment c’était une évidence, il fallait qu’on tourne là – puis mon côté pratico-pratique était ravi car on avait à portée de main cette roulotte mais aussi un champ, un bosquet, un terrain vague et la maison familiale pour la pause lunch. Il fallait maintenant partir du lieu pour construire l’histoire avec ces différents éléments.

Deux potes en campagne qui zonent, se font chier, cassent des trucs et qui avec l’adrénaline finissent par se pécho. Bon bah on avait plus qu’à trouver ces deux potes partant pour un dimanche champêtre et rock devant notre caméra. (ah oui et trouver des trucs à casser). Dans l’équation il restait encore beaucoup d’inconnues : les acteurs, mais aussi la météo (qui chacun sait, en Belgique, en mars…), le fermier à qui appartient le terrain qu’on n’a jamais pu joindre pour avoir une autorisation qui pouvait débarquer à tout moment pour nous mettre un coup de chevrotine et toutes ces choses comme un éclat de verre dans la caméra ou dans l’oeil qui pouvaient faire que ce tournage parte complètement en couille. On peut dire que la chance a été de notre côté. Et je me permets de quoter Orelsan : Si tu veux faire des films, t’as juste besoin d’un truc qui filme. J’ai été assez soulagée quand on a dit “It’s a wrap” mais on n’était pas encore au bout du chemin.

Finalement entre le scénario et le résultat final il ne reste plus que le stricte minimum. Déjà parce que sur le tournage on s’est laissé porté par l’énergie du moment et on était assez confiant·e·s d’avoir suffisamment de plans intéressants même si on a laissé tomber près de la moitié des scènes. Idem au montage, certaines séquences filmées ont sauté parce que plus qu’une histoire qui va d’un point à un autre en passant par telle ou telle étape, c’est une ambiance générale et une montée qu’on a voulu construire. Mais comme je le disais, l’essentiel est toujours là. Comme il s’agit d’une coréalisation entre Damien et moi, on a voulu se coller tous les deux au montage (au même titre qu’on se passait la caméra sur le tournage). C’est, je crois, une chose peu orthodoxe à faire dans la discipline, surtout sur une vidéo si courte, mais je pense qu’on a réussi à y insuffler le meilleur de chacun·e. On s’est chacun·e chargé·e d’une partie et l’autre venait y faire des ajustements, proposer des idées, etc. Comme forcément, il a une autre connaissance que moi du morceau, son apport sur la rythmique du montage a aussi été considérable. Et puis il a dealé avec mes phases de doutes et de stresse et ça aussi, c’est considérable.

Une fois accordé·e·s sur le montage final (et m’être arraché les cheveux sur un étalonnage approximatif car c’est clairement pas mon métier), j’étais contente mais pas entièrement satisfaite et impossible de trouver pourquoi. On prépare l’upload avec la vidéo telle quelle, de toute façon à un moment il faut lâcher l’affaire, accepter que sur une réalisation quelle qu’elle soit on a toujours l’impression que c’est pas fini et qu’on pourrait sans doute faire mieux et de toute façon la deadline approche. Jusqu’à me réveiller à 5h du mat à quelques jours de la sortie… Il faut tout passer au format 4:3 (c’est le format d’image que j’ai toujours préféré faire avec une petite Hi8 qu’on m’a longtemps prêté). Ca a plus de sens avec la façon dont on veut raconter cette histoire – d’ailleurs c’est frappant au moment de recadrer les images que c’est comme ça qu’on avait filmé (inconsciemment) et que rien d’intéressant ne se passait sur les bords. Alors ça dégage, on resserre tout et on se retrouve enfin à la bonne distance de nos personnages. On est avec eux. Damien est du même avis. C’est bon, cette fois, on lâche l’affaire.

Voici le résultat :

Ce texte a d’abord été écrit pour Luik Stories.
Et tu peux écouter ou acheter notre album “Sauvé” en cliquant ici.

Abonne toi à Ma Petite Lettre, ma newsletter (quasi) hebdomadaire.

Categories
Luik Music Musique

Luik Music Label Night

Le 22 mai avec Luik Music on a organisé une soirée de concerts + talks, en collaboration avec des étudiants de l’ULB, au Reflektor à Liège. Grosse mise en place, gros budget, en tous cas pour une structure comme la nôtre, cette soirée portée principalement par Juliette de Luik Music, n’était malheureusement pas ouverte au public « AFK »* mais elle est disponible en replay sur Twitch.

Au programme on avait les concerts de Jeremy Walch et sa pop de slacker, Endless Dive en mode post rock gros son frisson, et enfin Bothlane avec son kit de batterie et ses synthés modulaire. Le son et l’image sont impeccable — Big up à Diana Vos et son équipe de feu pour ce rendu foufou — donc clique sur la vidéo juste en bas pour écouter voir.

On avait aussi trois « Twitch Talks » durant lesquels Juliette menait la danse entre Margaux de Court-Circuit, qui nous a parlé de la structuration des projets musicaux, Augustin de Mélodyn qui lui raconte un peu des histoires de booking et de management, et pour clôturer, Yannick nous enchaine les métiers plutôt « techniques » autour de la production d’un disque.

Alors je suis nul j’arrive pas à embed le lecteur Twitch mais on va faire semblant que ça marche. Il suffit de cliquer là:

Avec ma gueule on a aussi un peu parlé de booking et management dans le Talk #2 avec Augustin. Et puis pour compléter, Christophe Dehousse était là pour faire des photos de la soirée. Certaines d’entre elles sont aussi visible sur le site du Focus Vif, qui nous a fait le plaisir de publier un petit compte-rendu.

Pour terminer, j’avais des chaussettes qui piquent les yeux.

* Note

La référence pour « AFK » c’est « Away From Keyboard » — tirée du film « TPB AFK: The Pirate Bay Away From Keyboard« . On en parle dans le dernier épisode de Amour, Gloire & Chips & Internet.

Categories
Amour, Gloire & Chips Podcast

Les métiers du livre à la rencontre du podcast, compte-rendu de table ronde organisée par le PILEn

Voilà comment commence l’article, à lire sur le site du PILEn (le lien est juste en dessous).

Vous voulez enregistrer votre premier podcast mais vous ne savez pas par où commencer ? Même en étant novice, c’est possible. Le phénomène s’est répandu durant le confinement, mais le podcast est présent partout sur la toile depuis plusieurs années. Le PILEn vous propose de revenir sur sa table ronde « Les métiers du livre à la rencontre du podcast », modérée par Charline Cauchie, journaliste culturelle indépendante et lauréate du Brussel Podcast Festival pour Ma voix t’accompagnera.

Parmi nos invité·es, Damien Aresta et Maureen Vanden Berghe – tous les deux liés au label de musique indépendant Luik Music – animent et produisent le podcast Amour, Gloire & Chips depuis juin 2018, des discussions traitant d’actualité et de culture (films, albums, livres…).

Cindy Van Wilder est une auteurice estampillé·e « Young Adult » qui a écrit dans divers genres (thriller, roman, fantasy, science-fiction…). Son podcast Qu’est-ce que tu racontes ? est un jeune projet où iel évoque l’écriture, la littérature, mais mène aussi des entretiens avec des auteurs et autrices. En tant que personne non binaire, Cindy parle souvent de problématiques LGTB+, mais aussi de féminisme intersectionnel.

Adèle Molle, quant à elle, est journaliste pour la matinale de Musiq3. À l’occasion de la Journée mondiale de la poésie le 21 mars, elle a conçu avec Bao-Ahn Din, ingénieur du son à la RTBF, cinq capsules audio originales intitulées Printemps poétique. Elle y lit des poèmes tirés du recueil « Les Saisons » de François Jacqmin, entremêlés de musique classique de compositeurs belges.

Lisez l’article entier: https://pilen.be/rencontres/tout-ce-quil-faut-savoir-pour-se-lancer-son-podcast

Categories
Note

Every F Thing is Gonna Be Alright

Nouvelle campagne Everpress pour une version Sweatshirt + Tshirt longue ou courte manches. Pré-commande ici.